Vous êtes ici : Accueil > La vie des classes > 2011-2012 > CM1 > le spectacle de hip-hop "NOs LIMITes"
Publié : 2 mai 2012

le spectacle de hip-hop "NOs LIMITes"

 Le vendredi 16 mars, toute notre classe de CM 1 s’est rendue en train à Brétigny. Nous avons assisté, au théâtre Jules Verne, à un spectacle de hip hop intitulé « N0s LIMITes » .

 Le cadre scénique était constitué de deux grillages, reliés entre eux par des barres car les danseurs s’y suspendaient. Ils représentaient des limites, des prisons. Le sol était noir, en caoutchouc. Deux projecteurs et des enceintes étaient posés en bord de scène. Huit pendrillons permettaient de pénétrer dans les coulisses.

 Les danseurs ne portaient pas de costume de scène et ils étaient chaussés de baskets comme tous les danseurs de hip hop. Ils étaient six : quatre garçons et deux filles. Ils dansaient souvent à l’unisson avec beaucoup de dynamisme. Leurs mouvements étaient toujours acrobatiques et spectaculaires, parfois lents, parfois rapides. Ils bougeaient de façon animale, grimpaient et sautaient comme des singes. Un danseur a sauté sur le grillage, a poussé sur ses pieds et a fait un salto arrière. Un autre a tourné sur la tête. Dans un duo, un danseur a attrapé une fille par les pieds puis l’a lâchée brusquement. Dans ce spectacle, la rapidité de la danse signifiait la haine, la colère, la violence. Les mouvements lents exprimaient la tristesse, la peine.

 Des musiques rythmées accompagnaient les mouvements dynamiques, les saltos arrière… Parfois, des musiques lentes représentaient la tristesse dansée par les filles. Des enceintes amplifiaient la musique. On pouvait entendre du piano, de la batterie, des percussions, de la basse…

 Les lumières étaient bien choisies car elles étaient aussi dans le mouvement. Elles étaient très belles, parfois sombres et parfois claires. Quand elles se reflétaient dans le grillage elles éblouissaient. Des techniciens lumière travaillaient à la régie. A l’aide de nombreux boutons, ils pouvaient tourner les projecteurs et les faire changer de couleur, vert, jaune, rouge, bleu…. Grâce à la lumière, les danseurs faisaient des surprises : un projecteur éclairait un seul danseur, côté cour, donc nos yeux étaient rivés sur lui. Le reste de la scène était dans le noir, les autres danseurs se préparaient à leur place, côté jardin, sans qu’on les voit.

 En regardant ce spectacle, nous avons éprouvé de nombreuses émotions : de la surprise grâce aux lumières, de l’admiration devant les acrobaties, de la crainte lorsque les danseurs se laissaient tomber du haut du grillage, de l’amusement lorsqu’ une danseuse a embrassé son partenaire qui lui a donné une tape sur les fesses.

 A la fin du spectacle, nous avons beaucoup applaudi. Nous étions surpris que ce soit déjà terminé. Nous avions l’impression qu’une demi-heure seulement s’était écoulée au lieu d’une heure. A la gare, nous avons essayé de faire des mouvements de hip hop, en attendant le train. Nous avons essayé de faire comme les danseurs sur le grillage, en grimpant sur le bord des vitres de la salle d’attente. Nous avons un peu dépassé les limites des règles de vie… mais nous avons fait de belles photos !

 La classe de Pascale

 

Si vous souhaitez voir des extraits de la chorégraphie, visitez le site de la chorégraphe : alexandranpossee

Cliquez sur la vidéo portant le titre « NOs LIMITes » en haut à droite.

 

(Toutes nos photos sont dans l’espace protégé.)